a été ajouté à votre panier avec succès

Les membres de la CCI3R se prononcent

Par 27 septembre 2018Salle de presse

Trois-Rivières, le jeudi 27 septembre 2018 – Vous savez que la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières (CCI3R) se soucie des défis que vivent ses membres. Œuvrant dans tous les secteurs de l’économie, les membres font face à des enjeux auxquels notre organisation est extrêmement sensible et c’est dans la mission de la Chambre, de chercher une façon de les aider. Dans le contexte électoral actuel, il s’avérait fondamental d’offrir à ces derniers l’opportunité de partager ce qui les préoccupe.

 

C’est ainsi que tous les membres ont eu la chance de se prononcer sur des enjeux relevant du gouvernement provincial. On vous partage le contenu de ces préoccupations, c’est ce que vous lirez au cours des prochaines pages. Cependant, sachez que nous n’avons pas modifié le contenu des propos, autant des membres que des différentes formations politiques et que nous avons décidé de conserver l’anonymat des auteurs. Aussi, il est important de noter que tous les partis ont été approchés, mais que le document fait état des réponses reçues. Évidemment, la Chambre a profité de l’occasion pour soumettre les enjeux qu’elle défend et les dossiers qu’elle porte actuellement.

 

En terminant, vous savez que la CCI3R ne porte pas de couleur et apprécie grandement la collaboration de tous les candidats, en plus d’admirer leur courage de faire le saut en politique.

-30-

Source :
Marie-Pier Matteau
Directrice générale, Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières
mpmatteau@cci3r.com
819 375-9628

 

ENJEUX CCI3R

 

Nécessairement, toute Chambre de commerce travaille à porter des dossiers auprès d’instances concernées. En ce qui nous concerne, la Chambre trifluvienne a le privilège depuis des décennies de pouvoir compter sur une relation de confiance avec les élus en poste.

 

  1. Quelle est votre réelle position sur le Train à Grande fréquence?

 

Parti Libéral du Québec

 

Nous appuyons le projet de Train à grande fréquence entre Québec et Montréal. Ce projet cadre parfaitement avec la politique de mobilité durable qui a été présenté par notre gouvernement.  Cette politique est dotée d’un financement important de 9,7G$ dont 2,9G$ pour de nouveaux investissements, d’un plan d’action détaillé et d’objectifs concrets. Le Parti Libéral du Québec (PLQ) a une vision du transport qui, jour après jour, facilitera la vie des Québécois : des projets efficaces qui répondent réellement aux besoins des communautés locales et régionales, moins de congestion, plus de temps et d’argent pour les familles.

Parti québécois

 

L’économie trifluvienne et de la région la Mauricie sera grandement favorisée par la réalisation d’un train à grande fréquence (TGF) avec arrêt à Trois-Rivières. Nous allons certainement exercer des pressions sur ce dossier auprès du gouvernement fédéral car il y a  des lunes que ce projet est sur la table à dessin. L’enjeu n’est pas d’ordre technologique. Il s’agit plutôt d’une volonté politique qui doit être clairement exprimée. Or, il y a eu une absence de leadership de la part de nos politiciens à cet égard et Ottawa a compris qu’il pouvait consacrer son temps à d’autres priorités entre-temps.

Coalition Avenir Québec

 

François Legault a récemment réitéré son appui au projet de train à grande fréquence entre Montréal et Québec. Par ailleurs, la CAQ appuierait l’aménagement d’une nouvelle gare ferroviaire à Trois-Rivières. En effet, un gouvernement de la CAQ serait ouvert à y contribuer financièrement, en partenariat avec le fédéral, et respecterait la volonté du milieu afin de déterminer l’endroit où serait implantée la gare.

 

  1. Êtes-vous en accord d’augmenter le salaire minimum à 15$/heure? Si oui, que comptez-vous mettre en place pour supporter les entreprises face à une hausse salariale? Sinon, pourquoi?

 

Parti Libéral du Québec

L’intention du Parti libéral du Québec est claire en ce qui concerne le salaire minimum : nous nous sommes engagés à l’augmenter à 50 % du salaire horaire moyen d’ici 2020.

Ce faisant, nous nous assurerons que la hausse du salaire minimum sera prévisible et en concordance avec l’évolution de l’économie québécoise.

Contrairement à la fixation d’un objectif arbitraire, notre approche est d’ailleurs plus respectueuse de la capacité de payer des entreprises. Ainsi, tout en poursuivant nos efforts pour améliorer la qualité de vie des travailleurs, nous veillons à ne pas nuire à l’emploi et à la compétitivité des entreprises.

 

Parti Québécois

 

Le Parti Québécois augmentera le salaire minimum à 15 $ d’ici octobre 2022, tout en établissant un mécanisme d’évaluation continue de la mesure afin de s’assurer que ses effets positifs dépassent nettement ses effets négatifs.

 

Coalition Avenir Québec

 

La question c’est : quand ? Et comment ? La CAQ estime que le salaire minimum doit être augmenté de manière progressive et constante annuellement. Il ne faut pas nuire à nos petites et moyennes entreprises par des hausses trop brusques. Les meilleures solutions pour augmenter le revenu moyen des familles demeurent la réduction du fardeau fiscal et la création d’emplois de qualité, mieux payés.

 

  1. L’accueil des immigrants en région versus la décentralisation du Ministère de l’immigration de la Diversité et de l’inclusion, comment mieux outiller nos entreprises dans l’accueil d’employés immigrants et de l’intégration dans un nouveau milieu de vie de ces derniers?

 

Parti Libéral du Québec

 

Pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre, nous avons déposé en mai dernier la Stratégie nationale sur la main-d’œuvre 2018-2023 qui propose des mesures concrètes, notamment pour l’accueil de travailleurs immigrants. Les principales mesures visent à :

 

  • Faciliter l’accès des employeurs au recrutement international;
  • Développer une stratégie de rétention des travailleuses et des travailleurs étrangers temporaires;
  • Développer une stratégie de rétention des étudiantes et des étudiants étrangers;
  • Favoriser l’intégration des nouveaux arrivants et des minorités visibles ou ethniques dans la fonction publique;
  • Bonifier le soutien à l’embauche des personnes immigrantes;
  • Favoriser l’apprentissage du français;
  • Développer les compétences des agentes et des agents d’aide à l’emploi quant à la réalité des personnes immigrantes.

 

Parti Québécois

 

Comme exposé à la question 3, nous allons déployer plusieurs initiatives concrètes pour encourager les immigrants à accéder au marché de l’emploi et à combler les nombreux postes disponibles.  Nous croyons qu’ils font partie de la solution, tout comme les jeunes décrocheurs qui peuvent accéder à des emplois via des programmes d’alternance-études les conduisant à une formation de qualité tout en occupant un emploi bien rémunéré.

 

Coalition Avenir Québec

 

La CAQ propose un plan ambitieux, qui viendra assurer l’intégration de nos immigrants et notre réussite comme société d’accueil. Il est primordial d’aider les immigrants à s’intégrer, non seulement pour préserver la langue française et les valeurs québécoises, mais aussi pour ouvrir le marché du travail aux nouveaux arrivants.

 

Nous misons sur la régionalisation de l’immigration. La CAQ a d’ailleurs déjà mis de l’avant l’idée de modifier la pondération dans la grille de sélection des immigrants afin d’accroître l’avantage accordé aux demandeurs détenant une offre d’emploi validée à l’extérieur des grands centres urbains. Une bonification du programme d’aide à l’intégration des immigrants et des minorités visibles en emploi (PRIIME) est également proposée. Ce programme vise à offrir aux entreprises un soutien financier pour faciliter l’accueil et l’intégration des travailleurs lors de leur première expérience de travail nord-américaine. L’aide financière offerte couvre jusqu’à 50 % du salaire de la personne embauchée et le programme pourrait être bonifié pour les entreprises situées en région.

 

Notre parti propose également la reconnaissance des diplômes étrangers, en éliminant notamment des obstacles inutiles pour rendre l’évaluation des compétences plus rapide et flexible. Il n’y a rien de plus décourageant pour un immigrant que d’arriver au Québec après nombre de sacrifices et de se faire dire que ses compétences ne sont pas reconnues.

 

Bref, il est essentiel pour nous que le Québec reste ouvert à l’immigration et demeure une société d’accueil pour de nombreux étrangers.

 

QUESTIONS DES MEMBRES

 

QUESTION #1

 

«  J’ai plusieurs sujets, mais un qui me préoccupe et qui nous a pénalisé durant les dernières années, c’est l’innovation. Ce n’est pas très d’actualité, mais je voulais en faire part.

 

Durant le mandat des libéraux, la ministre Anglade annonçait d’un côté de l’aide pour l’innovation « bravo » c’était vraiment attendu et de l’autre côté le ministre des Finances, imposait un seuil de dépenses minimal. Le seuil exclut maintenant plusieurs PME des projets de crédit d’impôt, en effet il faut minimalement des dépenses annuelles variant de 50 000 $ à 225 000 $ en fonction de la valeur de l’actif total de la PME.

 

Nous avons des projets de recherche et développement de l’ordre de 20 000 à 30 000$ annuellement au Temps d’une Pinte et depuis cette mesure nous n’avons que les crédits fédéraux. Pour les petites PME qui veulent se démarquer par de l’innovation, ce changement est un frein à l’ingéniosité de plusieurs PME. On se met à calculer et à retarder des projets pour les condenser dans une année fiscale ou à simplement réduire nos investissements. Ce changement a passé sous les radars des journalistes, mais a des impacts sur une partie de l’ingéniosité de nos PME québécoises, dommage.

 

Dans le même sujet, mais au fédéral, les coopératives n’ont pas accès au Conseil canadien de la recherche du Canada (CNRC). En effet, les aides financières sous la base de notre entité légale ne sont pas admissibles. Ainsi, la coop Fédéré, Agropur, Desjardins, les coop forestières ou alimentaires et une bonne quinzaine de microbrasseries, n’ont pas accès à ce réseau de chercheurs qui se retrouvent sur l’ensemble du territoire du Canada qui est une richesse collective. C’est une autre aberration qui va à l’encontre de l’innovation que les gouvernements promeuvent ».

 

Parti Libéral du Québec

 

Pour avoir les entreprises qui demeureront les leaders dans le futur, c’est aujourd’hui qu’il faut investir dans la recherche et le développement.  Voilà pourquoi en 2017 notre gouvernement a lancé la Stratégie québécoise de recherche et de l’innovation.  La vision économique du gouvernement repose sur trois piliers: le manufacturier innovant, l’exportation et l’entrepreneuriat.  De plus, nous croyons en la décentralisation vers les régions du Québec.  Ainsi, nous avons lancé le programme Fonds d’appui au rayonnement des régions.  Les sommes prévues dans ce programme n’ont qu’une fonction : être utilisées pour des projets établis selon les priorités des régions.  Enfin, nous avons pris l’engagement de nommer un ministre des Régions et de la Vitalité du territoire au sein du prochain Conseil des ministres. Celui-ci sera notamment responsable d’accélérer et de bonifier la réalisation des projets d’infrastructures numériques partout sur notre territoire. Il aura également comme rôle de rapprocher les décisions et les décideurs des personnes concernées dans toutes les régions du Québec.

 

Parti Québécois

 

Si la prévention est si importante dans le domaine de la santé, l’innovation l’est tout autant dans le développement économique. Encourager nos créateurs, les initiatives innovantes pour les emplois de demain comme ceux reliés à l’intelligence artificielle sont au cœur des priorités d’un futur gouvernement péquiste. Nous croyons en la Souveraineté du Québec qui permettra le rapatriement de nos ressources financières, humaines et matérielles pour mettre un terme au déséquilibre existant dans l’octroi des subventions en Recherche et développement. Pour l’heure, nous allons soulager les PME qui doivent consacrer du personnel et des financières pour la paperasse exigée par l’État.

 

Coalition Avenir Québec

 

Un gouvernement de la CAQ entend libérer la force de nos entrepreneurs, notamment avec l’allègement de la bureaucratie pour les entrepreneurs et les travailleurs autonomes, qui n’ont pas le luxe de perdre autant de temps dans la paperasse. Par ailleurs, la Coalition Avenir Québec veut stimuler l’innovation et les investissements privés. Nous proposons ainsi une politique de soutien aux entreprises adaptée aux nouvelles réalités, pour stimuler l’investissement, l’innovation et la création d’emplois bien payés. Investissement Québec aura un rôle important à jouer. En effet, l’instance aura un mandat fort pour stimuler les investissements, l’entrepreneuriat et le développement, selon les forces respectives de chaque région.

 

Parti Conservateur du Québec

 

Réduire de 40%  le  fardeau  fiscal  des PME.

 

QUESTION #2

 

« Voici j’ai 2 questions à soumettre aux candidats:

  1. Que proposent les candidats et leur parti pour assurer la qualité de vie des communautés et répondre aux besoins financiers des organismes communautaires de la Mauricie?
  2. Que proposent les candidats et leur parti en matière de financement à la mission de ces organismes? »

 

Parti Libéral du Québec

 

Le PLQ reconnaît l’apport exemplaire des services des organismes communautaires auprès de la population du Québec et leur financement a doublé entre 2003 et 2018. Depuis notre arrivée en 2014, nous avons grandement augmenté le financement des organismes communautaires. En effet, seulement pour l’année en cours, sous le programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC), 3 591 organismes communautaires ont été financés dans le cadre du PSOC pour un montant de 600 M$, dont 80% versés en soutien à la mission globale. Le  18 juin dernier le Gouvernement du Québec  a annoncé un investissement de 50,7 M$ pour rehausser graduellement d’ici 2022-2023 le financement des organismes communautaires qui contribuent, par leurs actions, à défendre les droits sociaux et économiques des Québécoises et des Québécois.

 

Dès 2018-2019, le financement accordé à ces organismes sera augmenté de 12,7 %, suivra ensuite une indexation annuelle de 1 % d’ici 2023. De plus, une hausse sera accordée en 2019-2020 afin de soutenir davantage les organismes qui offrent des services individuels à la population. Les partenaires du milieu communautaire seront consultés lors des travaux visant à en déterminer les balises.

 

Grâce à une saine gestion des finances publiques, notre Gouvernement a pu annoncer, lors du budget 2018-2019, un investissement historique, soit une augmentation récurrente de 17 M$ en mission globale pour le programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC).

 

Actuellement les organismes communautaires sont financés en fonction des projets qu’ils proposent dans la mission globale qui les caractérise.

 

Réélu, le PLQ continuera de travailler en collaboration avec les régions et les acteurs du milieu afin de toujours se rapprocher des besoins exprimés et de tendre vers un financement des organismes communautaires  en fonction de leur mission respective dans cette grande mission globale qu’on leur reconnaît  de répondre aux besoins de la communauté.

 

Parti Québécois (pour A. et B. )

 

Au cours de son mandat, le Parti Québécois augmentera de 200 millions $ récurrents, le financement de la mission des organismes communautaires et le financement sera indexé annuellement. Un programme d’assurance collective sera particulièrement créé pour améliorer les conditions de travail et une contribution sera versée au financement d’une campagne de formation et de promotion pour le régime de retraite. De plus, une mutuelle de prévention en santé et sécurité au travail sera instituée tout comme la mise en place d’un programme d’acquisition et de rénovation d’immeubles à vocation collective.

 

Coalition Avenir Québec (pour A. et B. )

 

La Coalition Avenir Québec partage les valeurs que sont la participation et l’engagement citoyen avec les organismes communautaires du Québec. Nous reconnaissons également l’importance de leur mission et de leur apport au développement social et économique du Québec. La Coalition est sensibilisée aux demandes légitimes des organismes communautaires quant au rehaussement de leur financement. Force est de constater que plusieurs organismes font face à une situation financière précaire, alors que la demande de services auprès de ceux-ci ne fait qu’augmenter. Nous considérons que les organismes communautaires méritent de recevoir une plus grande part afin qu’ils puissent mener à bien leur mission auprès de la population et de réduire les grands écarts qui existent dans le financement de groupes similaires. À cette fin, la CAQ s’engage à maintenir l’investissement de 50,7M$ annoncé par le gouvernement du Québec. De plus, nous comprenons que le financement par projet ou par entente de service rend la tâche des organismes communautaires beaucoup plus lourde, les empêchant ainsi de se concentrer sur leur réelle mission, soit d’aider les citoyens du Québec. Ainsi, la CAQ s’engage à revoir le mode financement des organismes communautaires afin de diminuer la bureaucratie et faciliter le processus de financement. Nous souhaitons que tous les travailleurs et bénévoles qui œuvrent dans ces organismes puissent déployer leur énergie dans les réelles préoccupations et besoins de la population, plutôt que dans de la gestion administrative. Nous croyons qu’il est primordial de donner un meilleur soutien aux organismes communautaires et surtout de leur donner la reconnaissance qu’ils méritent.

 

Parti Conservateur du Québec(pour A. et B. )

 

Faire un  brainstorming et  fusionner  les  organismes  communautaire  pour  réduire  les  coûts.

 

QUESTION #3

 

« S’adresse à tous : Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, où j’imagine que l’une de vos solutions est l’embauche de main-d’œuvre immigrante, quel est votre plan d’action à court terme, sachant que les entreprises doivent refuser des contrats, donc bloquer leur croissance, embaucher du personnel de 2ème qualité et tente de maintenir des standards de haute qualité?

 

– Pour la CAQ : Vous avez mentionné que vous voulez diminuer le pourcentage d’immigration afin de sélectionner plus précisément les candidats et agir selon les besoins spécifiques des régions. Sachant que la pénurie de main-d’œuvre est présente et qu’il faut combler de manière urgente ce besoin, comment pensez-vous réussir à combler cette pénurie si vous diminuez le nombre de personnes immigrantes?

 

– Les entreprises ont de la difficulté à suivre l’évolution de la technologie et rester concurrentes dans un marché très agressif où on doit suivre le flot pour survivre. Comment pensez-vous aider les entreprises à devenir non pas seulement à niveau dans leur secteur technologique, mais dominant afin de les rendre plus concurrentes? (ex : industrie 4.0, intelligence artificielle, automatisation, etc) ».

 

Parti Libéral du Québec

 

Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, où j’imagine que l’une de vos solutions est l’embauche de main-d’œuvre immigrante, quel est votre plan d’action à court terme, sachant que les entreprises doivent refuser des contrats, donc bloquer leur croissance, embaucher du personnel de 2e qualité et tente de maintenir des standards de haute qualité.

Nous venons tout juste de révolutionner les programmes d’immigration au Québec en  adoptant le nouveau Règlement sur l’immigration au Québec.  Le Québec pourra ainsi mettre en œuvre le nouveau système d’immigration basé sur la déclaration d’intérêts afin de sélectionner en continu, et de façon rapide et efficace, des personnes dont le profil répond aux besoins des entreprises dans les différentes régions du Québec. Mettant fin au système actuel qui est basé sur le «premier arrivé, premier servi», cette nouvelle procédure aura deux effets importants :

Réduire le temps consacré au traitement des demandes;

Accélérer l’arrivée des personnes qui ont été sélectionnées.

De plus, nous investirons 10 M$ par année de plus pour bonifier les services de francisation en entreprise offerts par les commissions scolaires et les organismes œuvrant en francisation.

 

Parti Québécois

 

Nous allons donner plus de points dans la grille de sélection aux immigrants qui voudront s’établir dans les régions comme l’agglomération trifluvienne. Les dossiers des immigrants seront accélérés là où il y a une pénurie de main-d’œuvre. Nous allons mener un projet pilote de CV anonymes, interdire l’exigence de la première expérience de travail canadienne, faciliter la reconnaissance des diplômes, lutter contre la discrimination à l’embauche, augmenter significativement le nombre de représentants de minorités visibles dans la fonction publique québécoise, interdire à l’employeur d’exiger l’anglais sauf aux endroits où cela est justifié…

 

Coalition Avenir Québec

 

C’est un fait : les employeurs du Québec souffrent d’une pénurie de main-d’œuvre. Voilà pourquoi il faut encourager les gens à demeurer sur le marché du travail le plus longtemps possible. Un gouvernement de la CAQ mettra en place des incitatifs fiscaux en ce sens.

 

Il est aussi primordial d’aider les immigrants à mieux s’intégrer et on doit aussi rendre le marché du travail accueillant pour les nouveaux arrivants. La CAQ croit qu’il faut miser sur la régionalisation de l’immigration et la reconnaissance des diplômes et des acquis, notamment en réduisant la bureaucratie afin de rendre l’évaluation des compétences plus rapide et flexible.

 

Actuellement, l’écart entre le nombre de demandeurs d’une reconnaissance d’équivalence et le nombre de personnes qui obtiennent un permis d’exercice est estimé à 45%, selon les données du ministère de la Justice. Un immigrant sur deux abandonne le processus de reconnaissance des diplômes.

 

Toutefois, pour nous, l’immigration n’est pas le seul moyen d’augmenter la population active. La CAQ est d’avis qu’on ne doit pas uniquement miser sur l’immigration pour augmenter le bassin de travailleurs. En plus d’accueillir 40 000 immigrants par année, un gouvernement de la CAQ misera beaucoup sur la lutte au décrochage scolaire, la lutte à l’analphabétisme et mettra en place des politiques pour aider les familles du Québec à avoir plus d’enfants, si tel est leur désir.

 

Concernant les entreprises et l’évolution de la technologie, soulignons qu’un gouvernement de la CAQ favorisera la création d’entreprises québécoises dans les nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle, les télécommunications et les sciences de la vie. Inutile de rappeler notre engagement d’offrir un accès à Internet haute vitesse et à une couverture cellulaire de qualité sur l’ensemble du territoire habité du Québec.

 

D’autre part, nous mettrons sur pied de nouveaux secteurs technologiques et industriels grâce à la création de zones d’innovation. Un concept clé du Projet Saint-Laurent, qui favorisera les entrepreneurs qui se démarquent, ainsi que la collaboration universités-entreprises pour créer les emplois de demain. Par exemple, la CAQ tablera sur les Centres collégiaux de transferts technologiques pour faire des CÉGEPS des pôles de développement économique régionaux.

 

D’un point de vue plus local, Jean Boulet s’engage à transformer la rue Royale pour y implanter le Quartier des affaires et l’innovation, dont un des objectifs sera d’attirer une nouvelle clientèle au centre-ville composée d’entrepreneurs et d’étudiants. D’ailleurs, le point de départ de son aménagement serait un centre de recherche dédié au virage numérique en entreprise, aussi appelé industrie du 4.0.

 

Parti Conservateur du Québec

 

Immigration nécessaire.

 

QUESTION #4

 

Quelles sont les solutions pratiques face aux problèmes des changements climatiques et de l’environnement?

 

Parti Libéral du Québec

 

La lutte contre les changements climatiques est le défi de notre génération et est l’affaire de tous. Ce sont les actions des citoyennes et des  citoyens dans leur milieu qui comptent le plus. Comme formation politique, nous avons toujours eu à cœur d’agir contre les changements climatiques et pour la qualité de l’environnement, et ce depuis de nombreuses années. Le Québec est proactif dans la lutte contre les changements climatiques et a opté pour une démarche intégrée qui agit sur deux fronts :

La réduction des émissions de GES;

L’adaptation aux changements climatiques.

C’est dans la foulée de cette démarche intégrée que le PLQ encourage toutes les initiatives qui peuvent être prises et mises de l’avant par les citoyens dans leur milieu : diminution des îlots de chaleur, les ruelles vertes, les toits verts des grands édifices nouvellement construits, le transport collectif, l’élimination du nombre d’autos sur les routes par le covoiturage, l’utilisation d’autobus électriques par les municipalités, l’achat d’autos électriques que le PLQ subventionne maintenant à hauteur de 9 000 $ ainsi que l’achat d’une borne à domicile dont le rabais atteint maintenant 800$.

« Faciliter la vie des québécois », c’est aussi aider à protéger l’environnement.

Le PLQ a lancé pour plus de 13,5 milliards de dollars de projets de transport électrique et présenté notre Politique de mobilité durable qui vise, notamment :

une diminution de 20 % des déplacements effectués en auto solo;

une réduction de 40 % de la consommation de pétrole en transport sous le niveau de 2013;

une réduction de 37,5 % des émissions de GES en transport sous le niveau de 1990.

 

Parti Québécois

 

Le Premier ministre sera responsable du développement durable. Le Parti Québécois créera un ministère du Climat, de l’Environnement et de l’Énergie pour agir de façon cohérente dans la transition énergétique et adoptera le 1er budget vert de l’histoire du Québec. Nous sortirons le Québec des hydrocarbures car les nouveaux projets d’exploration ou d’exploitation des hydrocarbures ne seront pas autorisés.

 

Coalition Avenir Québec

 

La CAQ est consciente des cibles à atteindre pour le Québec et elle entend poursuivre ses efforts, en gérant de façon responsable nos ressources naturelles et les activités économiques qui en dépendent. La biodiversité est un patrimoine collectif à protéger. Parmi nos différentes propositions, notons le nettoyage et la décontamination des berges du Saint-Laurent, l’augmentation des exportations d’électricité du Québec, la favorisation des innovations technologiques vertes et la protection des milieux humides. La Coalition Avenir Québec désire favoriser le développement des domaines des sciences de l’environnement, des technologies vertes, de l’efficacité énergétique et des sources d’énergie alternatives comme l’hydrogène. Le développement de modes de transport moins polluants est également une priorité en matière d’environnement. Nous entendons développer notre expertise dans ces domaines d’avenir. Nous voulons aussi travailler sur des indicateurs de gestion du Fonds vert et le rendre beaucoup plus transparent. Pour ce qui est de l’efficacité énergétique, nous misons sur la consommation responsable d’énergie et l’adoption de politiques conformes aux principes du développement durable. Enfin, il est évident que la CAQ respectera les grands objectifs de réduction des gaz à effet de serre adoptés par la communauté internationale.

 

Parti Conservateur du Québec

 

Éliminer  les  pesticides.

 

QUESTION #5

 

Je souhaite que les gouvernements investissent pour que le tri des matériaux soit d’une meilleure qualité. Pour que Cascades et Kruger (par exemple) favorisent la récupération locale au lieu d’importer de l’extérieur. Je souhaite une volonté, de enfin, consigner les bouteilles de vin et les bouteilles d’eau. Même investir dans des campagnes publicitaires de sensibilisation et donner l’exemple. Apporter sa bouteille vide à la SAQ pour la remplir directement d’un baril. Pourquoi pas? Voir autrement.  Meilleur transport  public et plus de pistes cyclables. Pour Trois-Rivières, je souhaite une volonté politique à investir pour que notre ville sente bon.  Il existe des procédés pour stabiliser l’odeur, mais elles sont coûteuses. Ce sera très bénéfique pour l’économie de notre ville.

 

Parti Libéral du Québec

 

Recyclage 

Les matières résiduelles font partie de notre quotidien et il est de notre devoir envers les générations à venir de les gérer efficacement. Le principal enjeu du recyclage est la fermeture du marché chinois. Depuis janvier, nous avons effectué une série de gestes concrets, ce qui a permis de stabiliser la situation pour l’ensemble de la province. En plus des 25 M$ investis dans les 10 dernières années, c’est près de 15 M$ que nous avons annoncé dans les derniers mois.  Nous avons aussi lancé une vaste consultation sur le recyclage qui a permis de réunir l’ensemble de la filière québécoise.

Un consensus s’est dégagé quant à la nécessité d’améliorer la qualité de la matière sortant des centres de tri et de diversifier les débouchés locaux.  Pour y arriver, nous avons mis en place un comité de modernisation avec comme mandat de revoir les fondements même de notre système.  On ne veut pas interférer avec les travaux du comité, mais plusieurs idées ont déjà été soulevées et méritent d’être regardées sérieusement comme :

Exiger des standards de qualité;

Implanter des centres de surtri;

La traçabilité de la matière;

Favoriser les ententes à long terme;

Instaurer des règles de gouvernance.

Nous nous sommes d’ailleurs engagés à investir 15 M$ afin d’installer des équipements de récupération dans les lieux publics et ainsi récupérer plus.

 

Nous nous sommes aussi engagés à investir 25 M$ afin de se donner les moyens de nos ambitions, de moderniser les centres de tri et diversifier les débouchées.  Bref, nous avons su transformer cette situation en une occasion; une occasion de revoir les fondements mêmes de notre système de gestion des matières recyclables et ainsi stabiliser pour de bon cette industrie. Bref, le Parti libéral s’engage à faire du Québec, un Québec qui consomme moins, récupère plus et recycle mieux.

 

Pour ce qui est de la question des bouteilles de vin, un projet pilote baptisé Le Plan Verre l’innovation, a été lancé l’automne dernier.  Ce projet a permis d’investir 10 M$ dans 5 centres de tri pour mettre de l’avant une nouvelle technologie de tri du verre. Sans rien tenir pour acquis, les résultats préliminaires qui circulent semblent très encourageants. D’ailleurs, Owen-Illinois qui est le plus gros fabricant mondial de bouteilles de verre et qui a une usine à Montréal, cosignait un communiqué qui saluait le Plan Verre l’innovation le 1er juin dernier.

 

De plus, ce projet pilote a l’avantage de valoriser 100% du verre dans le bac de récupération et pas seulement les bouteilles de vin.  Ce projet pilote se terminera à l’automne 2018 et il nous apparait sage de terminer ce que nous avons entamé et d’avoir les chiffres en main afin de prendre une décision éclairée.  Il ne faut pas non plus perdre de vue les coûts d’une possible implantation d’une consigne sur les bouteilles de vin qui ont été estimés à 250 M$ sur 5 ans plus 30 M$ par année pour l’exploitation.

Les odeurs à Trois-Rivières

 

Concernant les odeurs émanant de la cartonnerie Kruger, dès la fin d’août, le député Jean-Denis Girard a été saisi du dossier et en collaboration avec le ministère de l’environnement a revu ce dossier avec les responsables de la compagnie qui travaillent  à remédier ce problème depuis plus d’un an.

 

Parti Québécois

 

Nous proposons une feuille de route vers l’économie circulaire pour donner une seconde vie aux déchets des familles, des villes et des entreprises, pour prolonger la durée de vie des produits, pour augmenter la consommation responsable. Également, nous avons l’intention de créer un vaste projet de construction et de rénovation vertes des bâtiments pour réduire la facture énergétique des Québécois, pour lutter contre la précarité énergétique, pour favoriser l’utilisation des écomatériaux et pour rendre les bâtiments plus sains.

 

Coalition Avenir Québec

 

Notre plan d’action suggère la modernisation de nos centres de tri ainsi que des normes et règlements afin de valoriser la matière recyclée et éviter l’enfouissement. Recyc-Québec doit être un acteur de premier plan afin d’atteindre l’objectif de «zéro déchet». La CAQ est en faveur de plus de transport collectif et plus de pistes cyclables. Il faut viser à augmenter la part modale des transports actifs et collectifs en rendant plus efficaces et attirants nos systèmes de transport. Nous sommes d’accord pour soutenir des projets d’infrastructures cyclables et accélérer les investissements, tout en allant chercher la juste part du Québec auprès du fédéral.

 

QUESTION #6

 

Il y a un besoin… quand ton employée te dit qu’elle ne peut pas revenir au travail à la date prévue parce qu’elle n’a pas de place en garderie… Allez-vous permettre à des garderies du coin d’ouvrir  leurs garderies sans en faire des centres aseptisés.

On a tous été élevés dans des garderies qui n’avaient pas autant d’exigences et on n’en est pas morts… au contraire. Tout ce que vous imposez aux nouvelles garderies qui veulent ouvrir contribue à les tuer dans l’œuf et pendant ce temps, les enfants n’ont pas de place. On n’est pas avancé…

À quand une vraie gestion?

 

Parti Libéral du Québec

 

Le Parti libéral du Québec s’est engagé à faciliter la conciliation famille-travail-études grâce à l’ajout de 2 000 nouvelles places en services de garde subventionnées dans les milieux de travail, cégeps et universités.  De plus, le Régime québécois d’assurance parentale offrira davantage de flexibilité aux nouveaux parents en leur permettant de revenir au travail 10 jours plus tôt tout en gardant en réserve ces 10 jours pour les utiliser plus tard. Il sera également possible de morceler le congé parental et de l’étaler sur une période de deux ans.  Finalement, les services éducatifs pour les enfants de 4 ans seront gratuits, qu’ils soient inscrits à la maternelle ou en service de garde.

 

Parti Québécois

 

Il est impératif de faciliter l’accès aux services de garde éducatifs, donc au réseau des CPE créé par le Parti Québécois, puisque leur qualité supérieure a été démontrée à plusieurs reprises. Il y aura une création accélérée de places en CPE, jusqu’à 12 000 places supplémentaires, et pas de développement de places dans les garderies privées non subventionnées. Nous ferons également une loi anti bouclier pour empêcher des compressions majeures comme l’ont fait les libéraux.

 

Coalition Avenir Québec

 

Pour le dossier des garderies, la Coalition Avenir Québec propose une meilleure gestion administrative, l’augmentation des places disponibles, la réduction des listes d’attente et des horaires plus flexibles dans les centres de la petite enfance. Rappelons que nous souhaitons également mettre en place la prématernelle 4 ans universelle et gratuite (mais non obligatoire).

 

QUESTION #7

 

Je suis très heureuse de pouvoir partager les préoccupations et enjeux des courtiers immobiliers avec nos futurs élus.  Nous sommes extrêmement préoccupés quant à la protection du public et croyons qu’un meilleur soutien aux acheteurs résidentiels est nécessaire.  

Voici donc les sujets sur lesquels nous aimerions les entendre.

 

– Malgré sa récente révision, la loi sur le courtage immobilier du Québec comporte des zones grises qui créent une situation inéquitable à l’égard des courtiers immobiliers et qui ouvrent une brèche importante en matière de protection du public.  Afin que les consommateurs soient bien conscients de l’absence de protection, nous croyons qu’il devrait y avoir un meilleur encadrement des entreprises d’assistance aux vendeurs et qu’une mise en garde devrait être ajoutée aux contrats et messages publicitaires de telles entreprises qui offrent aux consommateurs des « services-conseils » en revente immobilière similaires à ceux des courtiers sans aucun encadrement ni règlement.

 

– Nous croyons également qu’une meilleure règlementation entourant l’inspection en bâtiment est requise pour assurer la qualité de la formation et l’uniformisation des compétences des inspecteurs en bâtiment.

 

– Nous constatons depuis plusieurs années les multiples problèmes engendrés par la culture résidentielle, notamment la prolifération de moisissures qui peut avoir des conséquences majeures sur la santé humaine et la valeur de la revente des bâtiments, nous demandons que l’interdiction de cultiver du cannabis à domicile soit maintenue.

 

– Pour aider financièrement les propriétaires de bâtiments résidentiels aux prises avec des envahisseurs comme la myriophylle à épi, la mérule pleureuse et surtout la pyrrhotite pour notre région, nous croyons que de nouveaux programmes gouvernementaux devraient être mis en place tout en maintenant les programmes existants.

 

– De façon à protéger adéquatement les acheteurs, les droits, pouvoirs et obligations des syndicats de copropriétaires doivent être bien encadrés.  Nous croyons que les dispositions du projet de loi 401 devraient être réintroduites pour assurer, notamment, une meilleure gestion des fonds de prévoyance.

 

– Dans son budget 2018-2019, le gouvernement du Québec a fait un premier pas en accordant un crédit d’impôt non remboursable de 750$ pour l’achat d’une première habitation.  Toutefois, nous croyons que des mesures plus généreuses s’imposent pour favoriser un rattrapage au chapitre du taux de propriétaires au Québec qui s’établissait à 61% au Québec par rapport à plus de 70% dans les autres provinces canadiennes, au recensement de 2016.

 

– Nous croyons que le programme Réno-Vert et le crédit d’impôt pour mise aux normes d’installations d’assainissement des eaux usées résidentielles devraient être maintenus et reconduits.

 

Merci de transmettre ces quelques préoccupations de notre industrie.  En espérant qu’une meilleure compréhension des enjeux auxquels nos clients font face permettra à nos politiciens de prendre position. Fière de pratiquer cette belle profession!

 

Parti Libéral du Québec

 

La Loi sur le courtage immobilier (LCI) est une loi importante pour les consommateurs ainsi que pour le secteur immobilier au Québec. C’est pourquoi des modifications législatives concernant la LCI ont été adoptées dans le PL-141 suite au Rapport d’application de la LCI en juin 2015. Ces modifications, qui concernent plusieurs sujets d’importance pour le secteur, auront pour finalité d’assurer une meilleure protection du consommateur par la modernisation de la loi, en réponse aux nouvelles pratiques, aux nouveaux défis et nouveaux besoins du secteur. Le PL-141 s’assure notamment que les clauses obligatoires aux contrats de ventes immobilières soient être approuvés par le ministre.

 

De plus, rappelons que le gouvernement a déposé en juin dernier un projet de loi qui visait principalement à mieux protéger les nouveaux acheteurs de résidence et les copropriétaires.  Les mesures proposées en matière de copropriété divisée permettraient d’améliorer le fonctionnement de celle-ci et de mettre à la disposition des acheteurs tous les renseignements nécessaires pour qu’ils puissent prendre de meilleures décisions. De plus, avec ce projet de loi, nous souhaitons donner de nouveaux moyens pour assurer la qualité des travaux et leur conformité avec le Code de construction.

 

Parti Québécois

 

C’est un sujet qui préoccupe notre formation politique à la suite des interventions dont nous avons pris connaissance. Nous sommes au fait qu’il existe des lacunes et que les règles doivent être revues et resserrées pour encadrer de nouvelles pratiques et protéger les consommateurs. Tout un chantier de travail doit être mis en place pour circonscrire la problématique et dégager des avenues de solution qui permettront d’améliorer cette situation.

 

Coalition Avenir Québec

 

Nous sommes conscients des enjeux auxquels font face les courtiers immobiliers et nous partageons vos préoccupations. Par exemple, advenant son élection, la CAQ pourrait vérifier la règlementation entourant l’inspection en bâtiment et s’il y a de lieu de l’améliorer. Même chose pour ce qui est du programme Réno-Vert. Tout comme vous, nous nous préoccupons aussi du sort des propriétaires de bâtiments résidentiels aux prises avec des problématiques sérieuses.

 

Parti Conservateur du Québec

 

Réduire de 40%  le  fardeau  fiscal  des PME.

 

Merci à toutes les formations politiques participants pour leur excellente collaboration dans cette démarche démocratique!